blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

tulmutdelouta

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Association Culturelle du Village Louta.

Association Culturelle du Village Louta.

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

tulmutdelouta

photos prise de la piece theatrale présenté par la troupe de TULMUT.

Le 30/11/2008

 

Si vous voulez voir l'intégralité de la piece sur une video, contactez Mr.Bellache Larbi ou Bourai Salim ( pour ceux qui peuvent se rendre à chemini). Pour nos freres se trouvant à l'étranger, contactez l'association à travers ce blog ou à l'adresse e-mail : www.tulmutdelouta@gmail.com nous trouverons le moyen de vous le faire parvenir.

 

photos de la celebration du 1er Novembre

Le 29/11/2008

 

 

Photos des activités de l'association TULMUT." Exposition photo"

Le 29/11/2008

 

 

VILLAGE LOUTA : DES RAISONS D’ESPERER , écrit par A.idir

Le 22/11/2008

Jeudi, 30 octobre : l’appel de la montagne

 

L’automne au pays. Voilà près de vingt ans que cela ne m’était arrivé. Après quelques jours à Bougie, nous voici en route pour le village. Revoir ceux qu’on aime et glaner quelques fruits de saison, garantis 100% bio.

La journée est ensoleillée et je ne saurais rester sourd aux appels de la montagne. Avant d’aborder la côte, je salue quelques villageois, jeunes et moins jeunes, dont certains étaient affairés à préparer du béton. Pour quelque chantier privé, probablement… Plus tard, j’apprendrai qu’il s’agit en réalité d’autre chose… Après les salutations et le plaisir des retrouvailles, me voici en route pour les hauteurs de l’Akfadou.

Tah’erract, Asgwen, Ih’erqan, Madal, Az’ru Aghwezzfan, Tala Ih’emmar’en… Combien de nos Anciens ont-ils emprunté ces « chemins qui montent » et combien de nos contemporains continuent-ils de les emprunter, qui pour une tâche à accomplir, qui pour le promenade et la détente ?

Après une opération « Tubrezt » somme toute réussie, il faut vite songer à dévaler la colline car, à pareille époque, la nuit tombe rapidement.

A l’entrée du village, au lieu-dit Tigwnatin, mon regard est attiré par une inscription encadrée par quelques motifs végétaux, si ma mémoire est bonne. En effet, sur un muret jouxtant le lavoir, on peut lire : « J’aime mon village. »

Quelle main artiste a-t-elle tracé ces modestes signes témoignant d’un amour simple et profond pour ce petit bout de terre ? Quand cette phrase à la syntaxe limpide ( sujet-verbe-complément ) et à la sémantique féconde ( l’amour n’est-il pas le sel de la vie ) a-t-elle été gravée là ? « J’aime mon village »… Selon toute vraisemblance, il ne s’agirait pas là de quelque « harraga »… encore que l’amour puisse présenter parfois un visage inattendu.

A quelques pas de là, à hauteur de Ldjameâ Ajdid ( la Mosquée-Nouvelle ), je me retrouve à côté de Hachemi qui m’apprend qu’effectivement, depuis quelques semaines, une dynamique nouvelle a vu le jour à Louta.

Renouvellement du Comité de Village, d’abord, lequel comité semble résolu à prendre à bras le corps les difficultés que connaît Louta, à l’instar des autres localités de la région, pour ne pas dire du reste du pays. Ainsi, ce que j’imaginais être un chantier privé tout à l’heure, est en réalité un chantier collectif destiné à cimenter les différentes voies du village afin d’améliorer le confort des piétons et la circulation automobile. Parmi les autres préoccupations, celle de l’eau n’est pas des moindres…

Deuxième bonne nouvelle : la création de l’Association Culturelle Tulmut, drivée par une équipe « jeune et dynamique ».

L’espoir est donc permis. Plutôt que de se complaire dans un climat de tristesse et de morosité, le village, qui a eu son lot d’épreuves, a décidé de prendre son destin en main, fidèle en cela à la tradition kabyle. Plutôt que de céder au fatalisme ambiant, les At Lud’a ont décidé d’aller de l’avant afin d’améliorer le sort de la collectivité.

Alors, une nouvelle ère pour Louta ? Tout porte à le croire pour peu que la dynamique impulsée depuis quelque semaines soit entretenue.

 

 

 

 

 

Vendredi, 31 Octobre : l’expo

 

Changement de temps radical. Le soleil a laissé place à la grisaille : pluie, boue, brume et froidure.

Qu’à cela ne tienne, l’exposition programmée par les jeunes de l’association aura tout de même lieu ; c’est déjà la deuxième manifestation du genre. La première exposition avait été dédiée aux anciens et au mode de vie traditionnel. Quant à celle d’aujourd’hui, elle s’inscrit dans le cadre de la célébration du 54ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de Libération. Un hommage particulier a été rendu à l’un des martyrs du village : le Lieutenant BELIAMINE Tahar, Ttaher n Zizi, pour les intimes.

Avec les moyens du bord, textes et images sont exposés à même les dalles ou accrochées aux poutres de l’ancienne mosquée qui, depuis l’avènement de la nouvelle mosquée, ne sert plus de lieu de prière mais n’en continue pas moins d’attirer les villageois et qui tient lieu aujourd’hui de siège ( provisoire ? ) de l’Association.

 

Samedi, 1er Novembre : une journée historique

 

 

Le soleil est de retour, l’astre-roi a décidément le sens de l’Histoire. Les villageois sont massés devant le carré des martyrs, au lieu-dit Tagwnitt. L’endroit a bénéficié récemment d’une réhabilitation. La cérémonie, tout en se déroulant dans la simplicité, n’en est pas moins empreinte de gravité. Après le traditionnel dépôt d’une gerbe de fleurs, la parole est donnée tour à tour aux représentants des Moudjahidine, à ceux du Comité du village, de l’association TULMUT, de l’immigration et de la composante féminine de Louta. Loin de la grandiloquence et de l’instrumentalisation de l’Histoire, on percevait dans les brèves allocutions des uns et des autres un authentique amour du pays et une réelle gratitude envers ceux qui ont sacrifié leur vie à l’idéal de liberté. Parmi ces paroles simples et chargées d’émotion, nous citerons celles du fils du martyr BELIAMINE Tahar :

 

« C’est le sang des martyrs qui irrigue ces oliviers que nous voyons là… Le pétrole, c’est encore le sang de ceux qui se sont sacrifiés pour nous… »

 

Les jeunes de l’Association ont, quant à eux, insisté sur l’importance de l’Histoire, la grande, naturellement, mais également celle locale. C’est dans cette optique qu’un appel a été lancé aux générations qui ont vécu les douloureux événements de la Guerre de Libération et la solidarité qui a caractérisé cette période afin qu’ils en témoignent auprès de leur enfants et petits-enfants. Importance de la transmission inter-générationnelle, donc.

Vint ensuite le tour de la toute jeune chorale du village, filles et garçons, qui ont délivré à l’assistance une magnifique interprétation de l’inoubliable « a yemma âzizen, ur ttru » ( mère, sèche tes larmes ) du grand Farid ALI. Une représentation théâtrale, à laquelle nous n’avons malheureusement pas eu le bonheur d’assister, était également annoncée pour l’après-midi.

Pour terminer, nous ne pouvons que renouveler notre gratitude à ceux qui ont donné leur vie pour ce pays et remercier tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui, en dépit des obstacles de toutes sortes, continuent d’œuvrer pour le bien-être du village.

Une mention spéciale aux jeunes de l’Association TULMUT pour leur engagement et leur enthousisme !

 

                                                                                                                  Paris, Novembre 2008.                          

 

TADDART N LUD’A : D NNUBA N USIREM, écrit par A.idir

Le 22/11/2008

Lexmis, 30 Tuber : ass n tubrezt

 

Azal n 20 iseggwasen aya ur d-qqwilegh ar tmurt g teswiât-a n her’tadem. Mi nessuk kra n wussan g Bgayet ( Bgayet telha, d rruh’ n Leqbayel ), iwwed’-ed lawan ad nali ar taddart, deg-s a-d-nz’er wid nh’emmel, gh-ih’emmlen, deg-s a-d-nekkes tubrezt ( d Lâaziz i yi-d-ismektin, wamma nek « teâreq teghribt-iw », akken s-inna win. ) 

 

Mi newwed’ ar taddart, naf d it’ij. D idurar i d lâemr’-iw ! wa d as n tubrezt, kker fell-ak ad talid’, ddu d ud’ar-ik ! Deg webrid, ddaw n Lh’ar’a n Lewnis, ufigh kra xeddmen, ttâedjinen abeghli, nwigh d wabâad’ ara yebnun nagh… Zighenni d ayen nnid’en… Nemsalam, t’t’fegh abrid usawen.

 

 

Tah’erract, Asgwen, Ih’erqan, Madal, Az’ru Aghezzfan, Tala Ih’emmaren… Abrid-a, maççi d yiwen seg mezwura-nnegh i t-ittawin weqbel a-d-nlal ar ddunnit, ach’al d win i t-ittawin ass-a, wa d ccghwel, wa d ah’ewwes d tukksa ghaf wul…

 

 

Ânigh yiwet n tubrezt d tameqqrant, azgen deg-s yergha, f waya ahat i s-unfen medden. Zwigh-d ayen i d-zwigh, leqwd’egh-d ayen I d-leqwd’egh, s yin uligh, âeddagh g yighid nagh ibekki ( qqwel ar dduh’, ay argaz ! ), rnigh zwigh-d ayen i d-zwigh, kksegh-d s ufus ayen i d-kksegh ( âemmdegh a yi-d-iqqes usennan ) armi at’as s’ubbegh-d.

 

 

Mi d-qqwlegh ar taddart, beddegh g Tegwnatin, banent-iyi-d kra n tira s tefr’ansist f yiwen lh’id’ :

 

 

«  J’aime mon village »

 

Tira-nni, yezzi-yasent-id kra n werqam, d ijedjigen d wafriwen, ma is’ehh’a wektay-a. Anwa afus i t-yuran waya ? Ach’al aya i yella din ? J’aime mon village, h’emmlegh taddart-iw, lxir ncalleh ! Ti, ur h’s’igh d tid n  “herraga” ulamma nutni dagh h’emmlen tamurt… h’emmlen-tt armi âyan deg-s …

 

 

J’aime mon village, h’emmlegh taddart-iw… I mayella ahat yella kra i ibeddlen g taddart-a ? Qeddmegh ar Ldjameâ Ajdid, nebda nettqessir nek d Lhacmi. Zigh d tidett yella wayen i ibeddlen g taddart n Lud’a.

 

 

Tamenzut, d Tajmaât tamaynutt. Zigh abeghli-nni n zgellin d iberdan n taddart i ttwenniâen, deg-s ad ifak walud’ f wemsebrid, deg-s ad tâeddi tt’umubil mebla ma iqelâ-ed wul-is. Yella waya, yella wayen nnid’en d wayen ara d-irnun. Ger tlufa timeqqranin tella tin n waman, d aghwbel f tudrin akw…

 

 

Tis snat, d Tadukli Tadelsant “Tulmutt” d-ilulen drus aya kan, “d llufan wer âad negzim” akken s-inna Ferhat. Zigh illa usirem ! Neghli nekker, ad ikker uaâessas n taddart !  

 

 

 

 

 

Ldjemâa, 31 Tuber : ass n temzikkent

 

 

It’ij-nni n yid’elli ir’uh’ amzun d targit ; yuâer mi ara yexser lh’al deg wedrar : lehwa, alud’, taguyt  d-isberbiren, asemmid’-nni yesâan tughmas, yettkerricen agwlim ighes… Inna-yas wuccen : “knu ad tâeddi lmeh’na”.   

 

Arrac n taddart, nutni, ur ten-id-ih’bis ara wannect-a. Timzikkent a-d-tili akken d-tella ya tmenzut-nni ( f wat zik ). Tis snat-a, tessuddes-itt-id Tdukli Tulmutt d tajmilt i yemjuhad gar-asen afesyan Ttaher n Zizi ( Lieutenant BELIAMINE Tahar ). S tira d tugniwin yersen f teblad’in nagh iâellqen ar tejga n Ldjameâ Aqdim, win yettun a-d-yemmekti, win ur nez’ri ad iz’er.  

 

 

Ssebt, 1zu Nwamber : ass n umezruy

 

 

Ata yezzi-d yit’ij-nni, am akken yez’ra a-d-tili tejmilt i wid yeghlin f tmunent n tmurt.

 

 

Myagren-d wat taddart zdat n Tmeqwber’t n Yemjuhad, g Tegwnitt, yugh lh’al berzen-tt, âawden lebni i wayen idermen deg-s. Mi sersen din tamuqint n ijeddjigen, illa-d citt’uh’ n umeslay : wa d amjahed, wa d amghar n taddart, wa s yisem n tdukli Tulmutt, wa d aghrib, ta d tamett’ut d-icfan…

 

 

Awal d awezzlan meâna s wazal-is, d ayen yetth’ulfu wegdud. Ger imeslayen-a, a d-nales i wayen d-inna mmi-s n umeghras Ttaher n Zizi :

 

 

“Tizemrin-a, d idammen-nsen i swant… Lgaz n Sseh’ra, d idammen-nsen… „

 

 

Awal imeânen, ghas ma nettâawad-it-id.

 

 

Ma d arrac yesseddayen Tadukli Tadelsant Tulmutt, nutni iceghwb-iten at’as umezruy, win n tmurt d win n taddart. Gren-d tighri akken wid d-icfan i wayen yed’ran ad h’kun i wid  mezz’iyen akken ur tettuyen ara tagmatt yesduklen at taddart g teswiâin qerrih’en, qessih’en.    

 

 

Mi d-fuken akw ameslay, tâedda-d terbaât n warrac d teqcicin ( iferr’adj akw d tsekwrin ), cnan-d “a yemma âzizen ur ttru” n Farid Âli, wwin-tt-id akken iwata, s wudem zeddigen ulamma drus aya kan I bdan h’effd’en-tt.

 

 

Tajmilt i wid yemmuten f tlelli n tmurt !

 

 

Tanemmirt i imeqwranen i mazal xeddmen f taddart, ur fcilen ara !

 

 

Tanemmirt i wid mezz’iyen, ih’emmlen taddart-nsen d tmurt-nsen, ugin ad brun i tt’bel deg waman !

 

 

 

 

                                                                                                                  Lpari, Nwamber 2008.